Planification d’un voyage de chasse

Aide-mémoire

Voici une liste (non exhaustive) pour vous aider à ne rien oublier avant de partir en expédition de chasse.

  • Permis
  • Passeport (si vous voyagez en dehors du pays)
  • Permis de conduire et autres pièces d’identité
  • Armes à feu et munitions
  • Eau
  • Comprimés de purification pour l’eau
  • Collations diverses
  • Barres d’énergie
  • Jerky
  • Boussole
  • Cartes
  • Ruban de marquage d’arpenteur
  • Ensemble de clés à douille
  • Lunettes de sécurité
  • Antimoustique et/ou insectifuge de type ThermaCell
  • Sacs imperméables
  • Trousses de réparation
  • Déclencheur
  • Lampe de poche, lampe frontale
  • Jumelles, télémètre
  • Briquet, allumettes, allume-feu
  • Appeau, palette pour rattling
  • Couteau de chasse
  • Couteau à écorcher
  • Couteau à évider
  • Couteau suisse ou couteau militaire
  • Scie égoïne, scie pliante
  • Canne ou bipied de tir
  • Bretelle de fusil
  • Viseur laser
  • Fusées éclairantes
  • Radio avec émetteur-récepteur
  • Émetteur personnel GPS
  • Veste de flottaison (à votre taille)
  • Sifflet
  • Lampe frontale
  • Vêtements de rechange
  • Chapeau, manteau, gants et chaussettes
  • Chauffe-pieds et chauffe-mains chimiques
  • Différents types de cordage
  • Ceinture pour arbre
  • Ceinture de sécurité et harnais
  • Gants en plastique longs au coude
  • Appâts et leurres
  • Destructeur d’odeurs (masque-odeur)
  • Glacière de première qualité
  • Tente
  • Matelas de sol
  • Sac de couchage
  • Oreiller
  • Chaise pliante
  • Ensemble d’ustensiles et de vaisselle de camping
  • Couverture de survie
  • Vaporisateur ou huile antirouille
  • Livre de lecture, magazines de chasse et pêche
  • Crochets et supports
  • Papier de toilette
  • Étiquettes
  • Médicaments d’ordonnance s’il y a lieu
  • Génératrice portative, batterie
  • Maquillage de camouflage
  • Imperméable, équipement de pluie
  • Arc et flèches
  • Tylenol ou Motrin
  • Savon antibactérien
  • Bandages élastiques
  • Solution ophtalmique (Visine)
  • Shampoing, savon et déodorant sans odeur
  • Lingettes
  • Bouchons d’oreille
  • Pincettes
  • Piles de rechange
  • Bougies
  • Lanterne avec combustible et/ou lampe à LED

Alimentation

On parle de chasse sportive, mais à quel point cette activité est-elle un sport? On estime qu’en une journée de chasse active, un chasseur brûle en moyenne entre 6 000 et 10 000 calories. C’est donc un excellent moyen de se tenir en forme! Par conséquent, l’alimentation est un élément à considérer avant de partir en expédition. Cependant, il faut aussi penser à un incontournable des voyages de chasse : les moustiques! Sachez que ces petites bestioles sont parfois friandes des mêmes aliments que vous.

Ce qu’il vaut mieux éviter :

  • 1. La bière
    Des études ont montré que les buveurs de bière sont très attirants pour les moustiques, même s’ils n’en ont bu qu’une seule. Pourquoi? Les chercheurs ne peuvent pas l’expliquer, puisque la bière ne semble pas faire augmenter le niveau d’éthanol dans le sang ni la température corporelle. C’est peut-être simplement une question de goût!
  • 2. Les chips et autres collations salées
    Le corps sécrète de l’acide lactique, qui attire les moustiques. Et si vous mangez salé, votre corps en produit encore plus. Les chips, arachides salées et autres craquelins sont des appâts très attirants pour les insectes que vous souhaitez plutôt éloigner.
  • 3. Les aliments riches en potassium
    Les aliments riches en potassium (bananes, pommes de terre, prunes, avocats, fèves de lima, épinards) augmentent eux aussi la quantité d’acide lactique évacué par la peau. Vaut mieux les éviter si vous prévoyez passer la journée sur le territoire des petits indésirables.
  • 4. Les bonbons et autres sucreries
    Les bonbons et les autres aliments sucrés ont une odeur très attirante pour tous les animaux, y compris les humains, les chiens… et les moustiques! Prenez garde de ne pas devenir un aimant pour les insectes piqueurs!

Alors, que faut-il manger?

  • 1. De l’ail
    Tout comme les vampires, les moustiques détestent l’odeur et le goût de l’ail. Un bon plat d’escargots à l’ail avant de partir à la chasse, ça vous dit? Certes, ce n’est pas aussi efficace que les répulsifs chimiques, mais c’est à essayer! Soyez avertis cependant : si l’ail éloigne les insectes indésirables, il pourrait aussi éloigner les humains… désirables! Un supplément alimentaire en capsules est aussi à considérer, si le goût trop intense de l’ail ne vous plaît pas.
  • 2. Vinaigre de cidre
    On connaît depuis longtemps ses nombreuses vertus pour la santé. Le vinaigre de cidre pourrait aussi éloigner les moustiques si l’on en consomme régulièrement.

Informations générales

1. PERMIS ET INFORMATIONS

Avant même de planifier un voyage de chasse, il faut s’assurer d’avoir les permis nécessaires, y compris pour les armes que vos comptez utiliser. Pensez aussi à rassembler toutes les informations dont vous avez besoin : territoires de chasse selon le type de gibier, périodes autorisées, quantité de prises permises, etc. Si vous faites affaire avec un pourvoyeur, le voyage de chasse sera sans doute en bonne partie organisé pour vous.

2. ENTRAÎNEMENT ET ADRESSE

Si vous envisagez de chasser à l’arc, entraînez-vous le plus possible au préalable. Assurez-vous de pouvoir tirer dans diverses positions, car en pratique, vous devrez probablement tirer dans une autre position que celle du tir à la cible classique. N’oubliez pas d’apporter une corde de rechange et tous les outils dont vous avez besoin. Pensez aussi à prendre des flèches ou des pointes d’entraînement pour continuer à vous entraîner au camp de base. Si vous utilisez plutôt une arme à feu, passez suffisamment de temps au stand de tir pour être capable d’atteindre votre cible. Améliorez-vous autant que possible, mais reconnaissez vos limites. Ici encore, entraînez-vous à tirer dans différentes positions.

3. FORME PHYSIQUE ET ENDURANCE

Beaucoup de pourvoyeurs déplorent que leurs clients ne soient pas assez conscients de l’importance de cet aspect des voyages de chasse. Bien sûr, nul besoin d’être un athlète de haut niveau, mais vous devez être en forme et avoir un certain degré d’endurance. Commencez à vous mettre en forme plusieurs mois avant le départ, vous serez ainsi plus à même d’apprécier l’aventure. Vous pouvez faire d’abord de la marche, à votre rythme, et accélérer ensuite la cadence jusqu’à être capable de faire plusieurs kilomètres de randonnée.

4. CARTES GÉOGRAPHIQUES ET TOPOGRAPHIQUES

Si vous faites affaire avec un pourvoyeur ou un guide, demandez-lui les coordonnées précises de la région où vous serez basé. Vous pourrez ainsi vous familiariser à l’avance avec le type de terrain, grâce aux cartes topographiques (il est possible d’en obtenir en vous adressant à certaines agences gouvernementales comme le US Forest Service). Vous pouvez aussi vous servir de clichés aériens ou d’images satellites, ou réunir des informations fournies par des organismes de conservation de la faune, par exemple. Certains publient des cartes et brochures de renseignements sur les zones de chasse publiques. Internet et Google Earth vous seront aussi très utiles. Et si vous prévoyez de chasser par vous-même, sans guide, le fait d’avoir en main toutes ces données avant votre départ vous facilitera grandement la vie. N’oubliez pas votre GPS ou votre boussole, et assurez-vous de savoir vous en servir correctement!

5. ÉQUIPEMENT

Procurez-vous une caisse de transport approuvée pour le transport aérien afin de transporter votre arme ou votre arc en toute sécurité. Apportez des munitions en quantité suffisante. Si vous allez dans une région reculée, vous aurez certainement de la difficulté à trouver ce dont vous avez besoin, alors essayez de penser à tout!

Il n’est pas rare de voir des chasseurs partir à la chasse avec un sac à dos pesant jusqu’à 7 kg (15 lb environ), et même plus. Sélectionnez ce que vous y mettrez selon vos besoins et vos priorités. Par exemple : votre permis de chasse, votre téléphone cellulaire, un GPS et des cartes, un appareil photo numérique, des jumelles, un couteau de chasse, une lampe de poche et/ou frontale, un briquet, des bouteilles d’eau et/ou de boisson sportive, des barres d’énergie, un mélange de noix et fruits séchés (du type « mélange du randonneur »), une petite trousse de premiers soins, de l’antimoustique, de la corde, des attaches en fil de fer, des gants en plastique, des sacs en plastique, des munitions supplémentaires, des lingettes, du papier de toilette, de l’équipement de pluie, des piles.

Avant de partir, entraînez-vous à marcher une certaine distance avec votre sac sur le dos, pour vous habituer à transporter ce poids supplémentaire. Cependant, limitez-vous aux objets dont vous avec réellement besoin, car un excès de poids pourrait s’avérer un problème pour le transport par avion (ou par cheval à destination). Demandez conseil à votre pourvoyeur et informez-vous auprès de la compagnie aérienne pour éviter les mauvaises surprises.

6. VÊTEMENTS

Quels vêtements apporter? Au moment de faire vos bagages, pensez d’abord à la sécurité : il vous faut des vêtements orange, par exemple un dossard en filet et un chapeau. Votre pourvoyeur pourra vous conseiller sur le type de camouflage et le nombre de rechanges de vêtements dont vous aurez besoin. Prévoyez à l’avance les achats de vêtements neufs, pour avoir le temps de les laver et de les porter quelques mois avant votre départ. Utilisez vos nouvelles bottes de chasse ou de randonnée dès que vous les avez achetées, pour les casser. Apportez des vêtements chauds en surplus si votre destination se situe dans une zone nordique, ou en vue des températures nocturnes, souvent plus froides. Sachez que la laine a ceci de particulier qu’elle vous garde au chaud même lorsqu’elle est humide. Envisagez d’apporter une paire de chaussettes en laine de rechange. Il est conseillé d’avoir assez de vêtements propres pour pouvoir se changer souvent et donc minimiser les odeurs. Demandez au pourvoyeur si une machine à laver sera disponible sur place, ce qui vous permettrait de réduire la quantité de bagages nécessaires.

7. AUTRES ARTICLES À APPORTER

Voici une liste non exhaustive de ce que vous pourriez apporter pour un voyage de chasse plus long. Bien sûr, vous pourrez la personnaliser pour l’adapter à vos besoins et au type de voyage de chasse que vous planifiez. Elle est surtout conçue pour vous donner un point de départ pour les achats à effectuer chez votre marchand de chasse et de plein air. Donnez la priorité à votre équipement de base et à tout ce que votre pourvoyeur vous conseillera d’apporter. Certains de ces articles seront peut-être fournis par le pourvoyeur : informez-vous au préalable.

8. DÉCOUPE ET CONSERVATION

Vous avez atteint votre but ultime : vous avez récolté un animal. Félicitations! Mais c’est maintenant que le vrai travail commence. Si vous utilisez les services d’un pourvoyeur, il découpera sans doute l’animal en quartiers pour le transporter jusqu’au camp ou au chalet. Mais si vous n’avez pas de guide, eh bien, vous devrez vous débrouiller par vous-même. Ayez des couteaux bien tranchants et n’oubliez pas votre pierre à aiguiser. Apportez des sacs en plastique ou mieux, si vous avez de l’électricité ou une génératrice, une machine portative d’emballage sous vide. Selon le type de camp, il vous faudra peut-être aussi une glacière à l’épreuve des ours pour conserver la viande. La glace sèche est un bon choix, mais assurez-vous d’avoir une glacière qui la supporte — de marque Yeti ou Frigid Rigid, par exemple; certes, elles sont plus chères, mais vous achetez de la qualité et de la durabilité.

9. DES SOUVENIRS MÉMORABLES

Vous investissez temps et argent dans la préparation de ce voyage, alors ce serait dommage de ne pas en garder des souvenirs impérissables. N’oubliez surtout pas votre appareil photo, vous le regretteriez. Apportez assez de cartes mémoire et de piles de rechange pour ne pas vous sentir limité. Avec les appareils photo numériques, ça ne coûte presque plus rien de prendre autant de photos qu’on le souhaite. Alors n’hésitez pas à appuyer sur le déclencheur : plus vous ferez de photos, plus vous aurez des chances d’en avoir à votre goût, et ce, sans nécessairement être photographe professionnel. Pensez au plaisir que vous aurez à partager ces souvenirs avec votre famille et vos amis par la suite…

Si les nouvelles technologies vous intéressent, alors vous devriez aussi jeter un œil à cette nouveauté : le iKam Xtreme Video & Audio Eyewear. En somme, c’est une paire de lunettes avec une caméra intégrée qui vous permet de filmer votre aventure. À pleine charge, la mémoire interne de 4 GB vous donnera jusqu’à 3 heures de vidéo, et vous pouvez y ajouter de la mémoire supplémentaire grâce à une carte micro SD. Moyennant des coûts additionnels, vous pouvez même la commander avec des verres de prescription ajustés à votre vue.

Conseils de sécurité

Pour éviter que votre expédition de chasse soit gâchée par un malheureux accident, voici les QUATRE RÈGLES DE BASE DE LA SÉCURITÉ pour les chasseurs à l’arme à feu:

  • Le canon d’une arme à feu doit toujours pointer dans une direction sécuritaire. C’est l’une des choses les plus importantes à apprendre et à maîtriser avant même de songer à aller sur le terrain pour chasser.
  • Votre doigt ne doit jamais être sur la gâchette, sauf lorsque vous êtes prêt à tirer. Beaucoup de tireurs inexpérimentés font cette énorme erreur de garder le doigt sur la gâchette lorsqu’ils tiennent une arme à feu. Il faut absolument corriger ce défaut AVANT d’aller à la chasse.
  • Toute arme à feu doit en tout temps être traitée comme une arme chargée, même si on sait qu’elle ne l’est pas. Par conséquent, quand on vous tend une arme à feu sur le terrain, tenez toujours pour acquis qu’elle est chargée, même si quelqu’un prétend le contraire.
  • Vous devez toujours savoir ce qui se trouve devant et au-delà de votre cible. Si vous ne pouvez pas le voir clairement, NE TIREZ PAS.

Les accidents de chasse ont quatre causes principales :

ERREURS DE JUGEMENT

L’erreur de jugement est la première cause des accidents de chasse : confondre une personne avec un gibier, ne pas vérifier ce qui se trouve devant ou au-delà de la cible visée ou se laisser prendre par l’excitation chasse et négliger de prendre des précautions sécuritaires. Pour éviter ce type d’erreur qui peut être fatale, malheureusement, restez calme et concentré et donnez en tout temps priorité à la sécurité.

RÈGLES DE SÉCURITÉ NON RESPECTÉES

le non-respect des quatre principales règles de sécurité des armes à feu (voir ci-dessus). Assurez-vous de les connaître et de les maîtriser AVANT de vous rendre sur le terrain.

ENTRAÎNEMENT INSUFFISANT

Certains chasseurs ne connaissent pas bien leurs capacités et leurs limites en matière d’armes à feu. Cette méconnaissance provient d’un manque d’entraînement au tir et peut malheureusement mener à des accidents comme une décharge accidentelle ou un tir isolé.

DÉFAILLANCES MÉCANIQUES

Les défaillances matérielles peuvent malheureusement survenir n’importe quand et avoir de graves conséquences. Quand vous manipulez des armes à feu, ou que vous êtes en présence de quelqu’un qui en manipule, soyez constamment sur vos gardes.

Voici d’autres aspects de la sécurité qu’il faut toujours garder à l’esprit :

ZONE DE TIR

La zone de tir est un aspect essentiel des consignes de sécurité lorsqu’on chasse à l’arme à feu. NE TIREZ JAMAIS HORS DE VOTRE ZONE DE TIR. Cette zone, définie par un angle de 45 degrés, est située directement devant le chasseur. Tout ce qui se trouve en dehors de cette zone ne peut pas être vu avec fiabilité, et devrait être considéré en dehors de votre champ de vision. De plus, rappelez-vous que votre zone de tir varie à chaque pas que vous faites, et que vous devez toujours être conscient de l’emplacement de vos partenaires de chasse autour de vous.

SANG-FROID ET MAÎTRISE DE SOI

Le sang-froid et la maîtrise de soi sont deux aspects qu’un chasseur doit absolument développer pour chasser en toute sécurité. Si vous vous laissez gagner par l’excitation pendant la chasse, vous risquez de faire des erreurs ou d’être négligent. Sachez contrôler vos émotions et, si vous sentez que vous commencez à devenir trop anxieux, stressé ou excité, forcez-vous à ralentir ou même à vous retirer de la chasse le temps de vous calmer. Faites preuve de prudence d’abord et avant tout. Aucune expédition de chasse ne vaut la peine de prendre des risques inutiles.

PRÉCISION DE TIR

Savoir tirer précisément est crucial non seulement pour atteindre votre cible, mais aussi pour pratiquer la chasse de façon sécuritaire. Si vous n’êtes pas capable d’atteindre vos cibles avec constance, n’allez pas à la chasse. Vous mettez tout le monde autour de vous en danger, y compris vous-même.

IDENTIFICATION DE LA CIBLE

Si vous n’êtes pas absolument sûr de ce que vous visez, NE TIREZ PAS. Avant de tirer, vous devez identifier votre cible de façon certaine et l’avoir complètement dans votre champ de vision.

VÊTEMENTS

Apportez des vêtements appropriés à la saison, à la météo et au terrain, pour éviter de vous retrouver mouillé et frigorifié. Imaginez votre déception si l’occasion de tirer un beau gibier se présente et que vous n’arrivez pas à viser à cause de vos doigts gelés. Choisissez des vêtements qui vous gardent au sec et au chaud, qui laissent votre peau respirer et qui contrôlent les odeurs.

Rappelez-vous que le fait de porter une tenue de chasse appropriée vous protège également contre les accidents. Assurez-vous de comprendre les exigences de sécurité pour la zone dans laquelle vous allez chasser. La plupart des chasseurs portent une tenue de camouflage et le gilet orange fluorescent obligatoire, mais certains types de chasse exigent de porter davantage d’attention aux couleurs. Par exemple, si vous chassez le dindon sauvage, il est important de ne pas porter de vêtements rouges, blancs, bleus ou noirs, pour éviter d’être pris pour un dindon mâle.